Retour à la page d'accueil
 
Vous recherchez ?
Version accessible aux mal voyants  
 
Le territoire
Découverte
Vie pratique
Loisirs
Environnement
 
Accès directs
imprimer cette page Envoyer cette page par mail Générer un fill RSS pour cette rubrique

Les insectes butineurs

 

 

80% des espèces végétales sont fécondées par l'abeille domestique "Apis mellifera" arrivée sur terre 60 millions d'années avant l'Homme. Les 3/4 des fruits et légumes qui nourrissent l'humanité dépendent d'elle. Dès l'âge de 3 semaines, elle passe tout son temps à butiner. Jamais désoeuvrée, elle utilise pleinement son physique de travailleuse hautement qualifiée. Apis mellifera force l'admiration !

 

Pas d'abeille sans fleur et pas de fleur sans abeille

Pour bon  nombre d'entre nous, l'abeille domestique est connue pour les produits de la ruche : miel, cire, pollen ... Nous savons moins souvent qu'elle joue un rôle irremplaçable en agriculture et, plus généralement, pour les écosystèmes et  la biodiversité. En effet, les pollinisateurs se nourrissent du nectar et du pollen des fleurs tout en les pollinisant. En transportant du pollen d'une fleur à une autre, l'abeille favorise la fécondation croisée entre plantes de la même espèce.

Sur les quelques 6 000 espèces de plantes sauvages et cultivées recensées en France, environ 4200 sont pollinisées par les insectes et certaines en dépendent totalement. Une bonne pollinisation améliore les rendements de certaines cultures et permet l'obtention de plus beaux fruits, plus résistants à la chute et dont les qualités organoleptiques (goût et texture) et de conservation peuvent être bien meilleures. C'est le cas par exemple pour les grandes cultures de colza et de tournesol, les arbres fruitiers (pommiers, cerisiers...) mais aussi pour les petits fruits du cassissier, du framboisier, du fraisier ....
L'abeille est généralement utile pour la production de semences de légumes (carottes, radis, oignons) ou encore pour la production de plantes aromatiques (thym, origan ...).

 

Pourtant les abeilles s'éteignent par milliards ...

Depuis quelques années, les apiculteurs d'Europe, d'Amérique et d'Asie assistent impuissants à l'effondrement de leurs colonies. Les abeilles s'éteignent par milliards. En Amérique du Nord 60 à 80% des butineuses sont portées manquantes. En Europe, le quart des colonies a été décimé. Les scientifiques explorent plusieurs pistes pour tenter de comprendre les causes de cette hécatombe.
En butinant, l'abeille visite des milieux variés et peut entrer en contact avec les polluants présents dans son environnement.
Divers pesticides pulvérisés sur les cultures interagissent antre eux et cet effet de cascade détruit ses défenses immunitaires. Affaiblie par la raréfaction et les modifications profondent de ses zones mellifères, elle est de plus en plus vulnérable aux parasites et plus sensible aux maladies. Les nouvelles générations d'insecticides enrobent les semences et pénètrent la plante jusqu'au pollen que l'abeille rapporte à la ruche. L'abeille butinera cette fleur mutante comme elle l'a toujours fait...

Il y a 50 ans, Albert Einstein avait déjà insisté sur la relation de dépendance qui lie les butineuses à l'homme. Il avait prédit que la disparition des abeilles précèderait celle de l'humanité de quatre années seulement.
Les abeilles sont des indicatrices. Leur déclin est un avertissement...

 

 

Comment aider les abeilles et autres pollinisateurs ?

Avec plus d'un milions de jardins privés en France, les jardiniers amateurs ont un rôle important à jouer pour soutenir les insectes pollinisateurs. Les techniques de jardinage bio, souvent faciles à mettre en oeuvre, favorisent la présence de ces petits insectes et de la biodiversité en général.

  • Fleurissez votre jardin

Mettez à la disposition des butineuses et de la biodiversité en général, des ressources de pollen et de nectar. Quelques mètres carrés suffisent mais il n'y a bien sûr pas de limite en surface ou en nombre d'espèces pour les plus motivés des jardiniers.
Parmi les fleurs mellifères à planter ou à favoriser, citons par exemple l'esparcette, l'anthémis, le coquelicot, le bleuet, le trèfle blanc, le trèfle violet ou la vipérine.
Les plantes aromatiques comme le thym ou l'origan et le romarin sont également très attractives. Toutes ces espèces peuvent être semées au printemps.

  • Plantez une haie diversifiée

Les haies sont des refuges de biodiversité à elles toutes seules : source de nourriture pendant leur floraison et abri pour la nidification pendant toute l'année. Choississez des espèces locales variées, la monotonie d'un jardin étant défavorable à la biodiversité.

Article extrait de "Plantons le décor" 2008-2009.



  Haut de page   |   le logo   |   Nous contacter   |   Mentions légales   |   Coordonnées CCRA     
Retour à la page d'accueil